samedi 7 mai 2016

Saint-Florent-sur-Auzonnet : « Le Francis » s'arrête à 82 ans !.

« Après de sérieux ennuis de santé, l'heure est venue de tirer ma révérence de mes 20 années de fonction bénévole en tant que conciliateur de justice pour les cantons d'Alès et de Saint-Ambroix ». Ainsi commence le courrier qu'adresse François Marion à Midi Libre. Si l'on se rappelle que « le Francis » fut d'abord, dans les années 60  dépositaire de Midi Libre au Martinet pendant dix ans, et qu'il a  tous les jours colporté 180 quotidiens à vélo dans une tournée de 17 km, on retiendra surtout son engagement dans le bénévolat et l'humanitaire ,dont le parcours impressionnant, impose le respect et force l'admiration : cofondateur de l'association des donneurs de sang, conseiller consultatif à la Caisse d'Épargne, conseiller prud'homme, assistant DDTE du Gard, président d'une association de consommateurs, gérant de tutelles, membre du CA de la vie sociale de la fondation Rollin d'Anduze,  président du CA de la vie sociale du pôle hébergement des personnes âgées du CH d'Alès, responsable FCPE, et depuis 1995 conciliateur de justice qui lui vaudront les distinctions de Chevalier de la Légion d'honneur, Chevalier de l'Ordre National du Mérite, Chevalier des Palmes Académiques, Croix du combattant en Algérie, de l'Europe, médaille commémorative AFN, opérations maintien de l'ordre, grande médaille d'or du Bénévolat Méritant (1960-2015), Médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports, citoyen d'honneur de la région Languedoc Roussillon, du Gard, d'Alès et de Saint-Florent.
En juin dernier, François Marion a été honoré par ses pairs à la salle Jean Macé à  l'occasion de ses vingt ans de bénévolat en qualité de Conciliateur de Justice dont il est désormais  honoraire.
Une activité commencée le 24 avril 1995 et qui vient de prendre  fin ce 24 avril 2016. Une retraite bien méritée à…82 ans ! Souhaitons à François Marion un repos bien mérité.

A peu près le même

Après plusieurs essais, j'ai réussi à retrouver un peu le reglisse-vanille auquel, je l'espère, la plupart d'entre vous étaient ...